C’est Caen qu’on va où ?

Il n’y a pas que le foot polonais dans la vie, il y a le SM Caen aussi…

On a connu l’élégance de Jeandupeux, les vieux briscards revanchards (Piet Den Boer, Jesper Olsen, Graham Rix), la cinquième place en 1992 et l’Europe face à Saragosse, la descente de 1995 avec une attaque Amara Simba-Kenneth Anderson (pourtant star de la Coupe du monde aux USA l’année précédente), la remontée l’année d’après avec Pierre Mankowski, Guerreiro, Vahirua, Borelli puis la rechute en 1997, Grzegor Lewandowski (seul polonais à ce jour au SM Caen), Rothen, les frères Tanguy, Deroin, Boutal, Lecour… Le début des années 2000, années Ligue 2, Hebert, Watier, Bodmer, Gallon et la pire saison du SM Caen depuis 1984 en 2000-2001 et une 17ème place en ligue 2 mais avec une équipe de copains formés au club qui se battaient car ils avaient conscience de ce qu’ils devaient au club. La remontée en 2004 avec Seube, Eudeline, Hengbart, Zubar, Dumas, Ben Askar, l’ascenseur en 2005 puis 2007 et une nouvelle descente (encore) en 2009. Le titre de champion de Ligue 2 en 2010, Eluchans, Barzola , El Arabi, Tafforeau, Nivet. Descente en 2012 et une énième remontée en 2014. Puis le club se stabilise enfin en Ligue 1 grâce au super travail du Président Fortin, de Garande, de Gravelaine, les années Da Silva, Julien Féret, Bessat, Imorou, Santini, Guilbert…

Printemps 2018, c’est le « putsch » et c’est le drame, la suite on la connaît, Gilles Sergent et Mercadal (pire coach de l’histoire du SMC à ce jour et personnage détestable), la descente de 2019, Rolland Courbis, l’embourbement, 2019-2020 : Rui Almeida, Dupraz, le recrutement de ceux qui devaient être des cadres mais qui semblent incapables de montrer un niveau Ligue 2 en cette fin de saison (Anthony Weber, Jessy Pi, Rivierez, Goncalves, Riou), ceux qui mènent le club à toute vitesse vers le National…

Faut croire que ça manquait d’avoir quitté le troisième niveau national depuis 1983…

En tout cas, bon courage à Pierre-Antoine Capton et aux jeunes joueurs qui se donnent encore, qui ne trichent pas et qui montrent encore un peu d’orgueil les temps sont (très) durs mais comme on dit, après l’orage vient le beau temps (même en Normandie…). Les gens qui aiment ce club sont à ce jour, en droit d’attendre des efforts salvateurs de la part des joueurs puisque le salut du club ne peut venir que du terrain, que de leurs pieds et que de leurs têtes bref… une toute petite éclaircie pour les matchs à venir… pour éviter le naufrage, juste éviter le naufrage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s