Le top 10 des clubs polonais disparus

1 -Stal Mielec
Après guerre, il faut attendre une bonne décennie et la saison 1961 pour voir le Stal accéder à la première division et disputer son premier match dans l’élite, le 19 mars face au Lodz KS (1-1).
Hélas, dès 1962, le club retourne en seconde division et va sombrer, quittant l’élite jusqu’en 1969, année des 30 ans du club. En 1970-1971, pour son retour au plus haut niveau, le Stal termine 10ème (sur 14 clubs) puis en 1971-1972, 5ème.

En 1972-1973, le Stal Mielec est sacré champion devant le Ruch Chorzow grâce (entre autre) au meilleur buteur du championnat : Grzegorz Lato (13 buts) L’année suivante, c’est l’année de la Coupe du monde en Allemagne qui verra la Pologne terminer troisième et Lato meilleur buteur. Cette année-là, le Stal avait terminé le championnat sur le podium, à la troisième place. En 1974-1975, le Stal termine second et Lato encore meilleur buteur (19 buts)

En 1975-1976, le Stal Mielec retrouve son titre de champion devant le GKS Tychy et le Wisla Krakow et perd en finale de la Coupe de Pologne contre Wroclaw (2-0) le 1er mai 1976. Le Stal réalise aussi un bon parcours en Coupe UEFA en se faisant éliminer face à Hambourg (1-1 à l’aller, 0-1 au retour). Les saisons suivantes sont beaucoup moins fructueuses (4ème en 1976-1977, 8ème en 1977-1978, 13ème en 1979-1980, 9ème en 1980-1981, A noter quand même, une troisième place en 1978-1979 et en 1981-1982 avant de sombrer et descendre en 1982-1983 (15ème sur 16). Il faudra attendre 3 ans pour revoir brièvement le Stal en première division, puisqu’il redescend cette même année.

En 1988-1989, le club revient fort au plus haut niveau et termine 5ème (sur 16 clubs) et se maintien tant bien que mal les années suivantes (11ème en 1989-1990, 15ème en 1990-1991 et est sauvé car aucun club ne descend cette année-là dans l’optique du retour d’une première division à 18 clubs, 13ème en 1991-1992, 6ème en 1992-1993, 11ème en 1993-1994, 11ème en 1994-1995)

La saison 1996-1997 marque la dernière année du Stal Mielec à ce jour au plus haut niveau.

2- Amica Wronki
Ceux qui jouaient à la Playstation 1 à la fin des 90’s début des années 2000 s’en souviennent. A la fin des années 1990, un club polonais émerge sur la scène footballistique, c’est l’Amica Wronki. Le club rafle alors trois Coupes de Pologne en trois ans (1998, 1999, 2000) et deux Super coupes de Pologne (1998, 1999). Au cours de ces années, le club participe même aux compétitions européennes (Coupe des coupes et Coupe U.E.F.A)

Mais les temps sont durs et pour faire face aux difficultés et en sortir renforcés, Jacek Rutkowski président de Wronki et Radoslaw Majchrzak président du Lech Poznan décident de fusionner les deux clubs distants de 60 kilomètres en décembre 2005. Cette saison 2005/2006 , les deux clubs évoluent en Ekstraklasa et décident de finir la saison sans fusionner. L’Amica Wronki termine 4ème et le Lech Poznan 16ème et dernier. En 2006-2007, le KKS Lech Poznan termine à la sixième place et l’Amica Wronki redémarre dans les divisions régionales.

De très bons jeunes joueurs de l’Amica passent alors au Lech Poznan comme Hubert Wolakiewicz, Jaroslaw Bieniuk, Marcin Wasilewski, Grzegorz Wojtkowiak, Rafal Murawski ou Marcin Kikut. Certains y sont encore …

3- Grodzisk Groclin
Au cours des années 2000, le KS Dyskobolia Grodzisk Wielkopolski flambe, remporte deux Coupes de Pologne en 2005 et 2007 et deux Coupes de la ligue en 2007 et 2008. Le Grodzisk termine deux fois à la seconde place du championnat (2003 et 2005). Les très bons joueurs du pays évoluent alors dans ce club : Radoslaw Sobolewski, Andrzej Niedzelan, Sebastian Mila (second buteur polonais face à l’Allemagne en octobre dernier), Adrian Sikora… En 2003-2004, le club s’offre même une belle épopée en Coupe UEFA en éliminant tour à tour le Hertha Berlin puis Manchester City avant de s’incliner en 1/16ème de finale face aux Girondins de Bordeaux (0-1 et 1-4).

En juillet 2008, le président du club historique KSP Polonia Varsovie, Józef Wojciechowski devient actionnaire majoritaire de la société Groclin-Dyskobolia SSA et achète surtout le droit de demander une licence pour que le Polonia qui s’enfonçait dans la deuxième division nationale et joue en Ekstraklasa à la place du club de Groclin. Le 22 juillet 2008, la fédé’ polonaise PZPN a accepté la transaction et la demande de transfert du club Dyskobolia Groclin Grodzisk SSA à Varsovie (soit un déplacement de près de 350 kilomètres à l’est) ainsi que le changement de nom du club en KSP Polonia Warszawa SSA. Tous les joueurs du Dyskobolii Groclin Grodzisk deviennent alors automatiquement joueurs du Polonia. Le Groclin Grodzisk repartait alors en IV Liga (équivalent alors du C.F.A français actuel) et le Polonia retrouvait l’élite, tout en ayant terminé à la 7ème place du championnat de D2 l’année précédente, d’où l’intérêt et le charme des fusions…

4- Garbarnia Krakow
Le club fondé en 1919 par de jeunes ouvriers de la tannerie située sur la rive droite de la Vistule à Cracovie s’impose dans les années 1930. Dès 1929, le club des tanneurs se classe deuxième à égalité de points avec … le champion le Warta Poznan mais avec une plus faible différence de buts. Cette année-là, le Garbarnia remporte 13 matchs sur 24 dont certains spectaculaires ( victoires sur le Warta Poznan 5-1, 4-2 contre le Legia ou dans le derby contre le Wisla (1-0)). Les cadres de l’équipe se nomment alors Zygmunt Jesionka, Edward Bill, Juliusz Joksch Franciszek Wilczkiewicz et s’imposent comme les grands espoirs du foot polonais.

L’année suivante, le Garbarnia termine à la sixième position, ce qui est décevant aux vues de la saison précédente mais en 1931, les arrivées de l’ailier droit et buteur Otto Riesner venu de Katowice et Wlodzimierz Maurer en provenance du Pogon Lwow s’avéreront décisives. Le Garbarnia réussi une saison fantastique et remporte le titre devant les deux géants, le Wisla Cracovie et le Legia Varsovie.

Les saisons suivantes s’avèrent moins riches en émotions. En 1937, le club est relégué en seconde division. En 1939, le club devait remonter dans l’élite mais la guerre ne permettra pas cette remontée. Après guerre , le club fait constamment l’ascenseur entre première et seconde division, En 1956, en proie à de multiples difficultés, le Garbarnia est obligé de fusionner avec le club voisin du Korona Cracovie et devient le Cercle sportif Włókniarz. Fin 1956, la fusion avec le Korona prend fin et le Garbarnia redevient le KS Garbarnia. Ensuite, c’est une longue chute qui s’amorce avec en point d’orgue, l’année 1973 qui voit les autorités locales détruire le stade des tanneurs afin d’y bâtir à la place un grand hôtel. Comme un symbole, une vengeance du destin, cette infrastructure dont la très très longue construction (quatorze ans) sera entachée de multiples problèmes et s’avérera être un véritable échec (fermé faute de bénéfices, puis fermé de nouveau suite à des erreurs dans la construction…). En attendant, la grande structure de béton est toujours à l’abandon au bord de la Vistule et le Garbarnia végète en division régionale.

5- Polonia Varsovie
A l’été 2013/2014, Wojciechowski actionnaire majoritaire du Polonia a vendu ses actions, le businessmen Ireneusz Krol a tenté, au cours d’un feuilleton à rebondissements multiples et quotidiens de les acheter et faire accéder le GKS Katowice dans l’élite à la place du Polonia. Finalement, l’affaire ne s’est pas réalisée et vu le flou entourant le Polonia, la fédé’ polonaise n’a pas accordé une licence afin que le club joue en Ekstraklasa la saison 2013/2014. Le GKS reste en deuxième division et lutte pour la montée tandis que le Polonia est retombé dans les bas-fonds du foot polonais (et c’est dire s’ils sont profonds…)

6-Szombierki Bytom
Champion de Pologne en 1980, vice champion en 1965, troisième en 1981, demi finaliste de la Coupe de Pologne à plusieurs reprises (1952, 1963, 1973 et 1979) le club fondé en 1919 à Szombierki (devenu district de la ville de Bytom) a sombré à la fin des années 1990, après 25 saison et 702 rencontres dans l’élite (dont 235 victoires).
Pire, en 1997, le club en proie à des difficultés sportives et financières se voit obligé de fusionner avec le club local et rival ; le Polonia Bytom. Faisant face à de nombreux problèmes, les deux entités mettent fin à la fusion un an après, en 1998. Le club s’enfonce années après années. En 2006-2007, l’équipe se retire même de son championnat avant la fin, faute d’argent et… de joueurs. Depuis, le club champion en 1980 végète au fond des divisions de district locales.

7- Gwardia Warszawa
Vainqueur de la Coupe de Pologne 1954 et vice champion de Pologne en 1957, le Gwardia aura évolué une vingtaine de saison dans l’élite (entre 1953 et 1960, puis entre 1962 et1966, lors de la saison 1967–1968, puis entre 1969 et 1975, la saison 1978–1979 et entre) 1981–1983).
Représentant la Pologne sur la scène européenne en 1956, 1958, 1970, 1974 et 1975 (allant jusqu’aux 8èmes de finale certaines saisons (en 1955 et 1974) Le club qui affiche la célèbre sirène sur son blason et a vu passer des joueurs comme Joachim Marx, Władysław Żmuda ou Roman Kosecki termine la saison 1982/1983 à la dernière place. Ensuite, tout ne sera que descente pour le Gwardia qui joue aujourd’hui dans une division équivalente au CFA français.
Le terrain du Gwardia servait ces dernières années de terrain de jeu à Carlos Santana, Iron Maiden ou Metallica …

8- Hutnik Cracovie
L’Hutnik Krakow fondé en 1956 ne connaîtra pas l’élite pendant près de quarante ans. Il faut attendre le début des années 1990 et la fin de l’ère communiste en Pologne pour voir le club accéder enfin à la première division et jouer son premier match dans l’élite le 28 juillet 1990 à domicile face au Stal Mielec. La saison 1995-1996 reste la plus belle pour le club des métallos. L’Hutnik termine le championnat sur le podium, à la troisième place (derrière le Widzew Lodz et le Legia Varsovie) et gagne le droit de jouer la Coupe U.E.F.A. et de s’incliner en 1/32ème de finale contre l’AS Monaco de Thuram, Franck Dumas, Thierry Henry, David Trézeguet et Fabien Barthez. Année de la loose pour l’Hutnik qui termine cette saison 1996-1997 à la 16ème place symbole de relégation. Depuis 1997, l’Hutnik n’est pas réapparu en Ekstraklasa et zone entre deuxième, troisième et quatrième division. Le club a terminé cette saison dans le ventre mou du classement de la division régionale de la voïvodie de Petite-Pologne mais avec des infrastructures toutes neuves financées par la sélection anglaise qui avait choisi les terrains de l’Hutnik comme camp d’entrainement l’an passé pour l’Euro 2012.

9- Motor Lublin
Fondé en 1950, le Motor Lublin va jouer 9 saisons dans l’élite entre 1980 et 1992, livrant au football polonais son joueur légendaire et ce qui est sans doute son plus beau trophée : Jacek Bak. Tout comme le Gwardia, le Motor Lubin évolue aujourd’hui en division inférieure (équivalent du CFA français) mais dans un stade flambant neuf l’Arena Lublin pouvant accueillir jusqu’à 15000 spectateurs…


10-Wawel Krakow

Façade extérieure de la tribune pleine de graffitis crados rue Bartosz Glowacki mais petit stade charmant à l’intérieur (bien qu’un peu délabré mais c’est peut-être là que réside le charme, bref…) Après la seconde guerre mondiale, le WKS Wawel Cracovie (du nom du château royal basé dans la ville) accéde à la première division. Le KS omnisports Wawel Cracovie a été fondé en 1919. La première section a voir le jour était celle de foot. Le petit club de Cracovie inscrit pour la première fois en compétition officielle en 1920 va rapidement gravir les échelons. Mais au milieu des années 1920, le club fusionne et passe alors sous le contrôle de l’armée pour faire face, entre autre, aux difficultés financières et devient le Wojskowym Klubem Sportowym przyjął nazwę Wojskowy KS Wawel.

En 1952, le Wawel Krakow fait son apparition dans l’élite et remporte la Coupe de la ligue (en battant le Cracovia 5-1), premier et seul titre à ce jour. Dans un championnat composé de deux poules de 6 équipes, le Wawel se classe 4ème de son groupe composé entre autre du Legia Varsovie et du Wisla Krakow. La saison suivante, le Wawel se classe second. Comme les saisons se suivent et ne se ressemblent pas, la saison d’après, la section foot du club omnisports est fermée sur décision du Ministère de la défense qui décide qu’un seul club lié à l’armée doit rester au plus haut niveau et le choix du Ministère se porte sur le Legia Varsovie

Après plus de soixante quatorze ans de coopération avec l’armée, le Wawel Krakow cesse d’être un club ‘militaire’ le 1er janvier 2002 mais a quand même gardé le nom de Wojskowy Klub Sportowy Wawel Kraków. Aujourd’hui le club évolue au niveau local.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s