Le temps des fusions

En 1967, le Red Star fusionnait avec … le Toulouse FC ( l’actuel « Téfécé » est né à l’été 1980 d’une autre fusion (tiens, tiens…) entre ce Toulouse FC et l’Union Sportive de Toulouse U.S.T) et retrouvait ainsi une place dans l’élite. Depuis les fusions de clubs français se sont montrés plus « cohérentes », à l’image des clubs de villes voisines comme Ville-la-Grand, Thonon et Gaillard qui se sont regroupés pour former l’Evian Thonon Gaillard en 2009 ou de Libourne et Saint-Seurin qui faisaient lit commun entre 1998 et 2009.
La question de la fusion était aussi d’actualité dans le monde du rugby à l’automne dernier quand, pour faire face aux difficultés financières, le Biarritz Olympique et Bayonne, ennemis héréditaires envisageaient la réunion des deux entités.
En Pologne, au cours des années 1990 et 2000, dans un pays qui passait à toute vitesse d’un système communiste à un système libéral, plusieurs fusions de clubs ont été effectuées.

Olimpia Poznan/ Lechia Gdańsk

Lors de la saison 1994-1995, l’Olimpia Poznan connaît de graves difficultés et termine à la 12ème place du championnat de première division. Le propriétaire du club souhaite alors vendre et fusionner avec un autre club dans l’optique de rester dans l’élite. Le 24 juin 1995, un accord est signé entre différents actionnaires qui choisissent de baser le club à Gdansk. Malgré cette fusion, le club rebaptisé Lechia / Olimpia Gdansk ne reste qu’un an dans l’élite.

En 1996-1997, le club devenu Lechia Gdansk est relégué de seconde division puis s’enlise années après années. Lors de la saison 1997-1998, le Lechia évolue en troisième division et fusionne (de nouveau) avec un autre club de la ville, le Polonia Gdansk, pour revenir en deuxième division la saison suivante et devient le Lechia / Polonia Gdansk.

Il faut attendre la saison 2007-2008 pour voir le Lechia Gdansk devenir champion de deuxième division et accéder à l’élite. Cette année-là, le meilleur buteur du championnat de D2 était un jeune joueur du Znicz Pruszkow, un certain Robert Lewandowski…

Amica Wronki/ Lech Poznan

A la fin des années 1990, un club polonais émerge sur la scène footballistique nationale, c’est l’Amica Wronki. Le club rafle alors trois Coupes de Pologne en trois ans (1998, 1999, 2000) et deux Super coupes de Pologne (1998, 1999). Au cours de ces années, le club participe même aux compétitions européennes (Coupe des coupes et Coupe U.E.F.A)

Mais les temps sont durs et pour faire face aux difficultés et en sortir renforcés, Jacek Rutkowski président de Wronki et Radoslaw Majchrzak président du Lech Poznan décident de fusionner les deux clubs distants de 60 kilomètres en décembre 2005. Cette saison 2005/2006 , les deux clubs évoluent en Ekstraklasa et décident de finir la saison sans fusionner. L’Amica Wronki termine 4ème et le Lech Poznan 16ème et dernier. En 2006-2007, le KKS Lech Poznan termine à la sixième place et l’Amica Wronki redémarre dans les divisions régionales.

De très bons jeunes joueurs de l’Amica passent alors au Lech Poznan comme Hubert Wolakiewicz, Jaroslaw Bieniuk, Marcin Wasilewski, Grzegorz Wojtkowiak, Rafal Murawski ou Marcin Kikut. Certains y sont encore …

Grodzisk Groclin / Polonia Varsovie

Au cours des années 2000, le KS Dyskobolia Grodzisk Wielkopolski flambe, remporte deux Coupes de Pologne en 2005 et 2007 et deux Coupes de la ligue en 2007 et 2008. Le Grodzisk termine deux fois à la seconde place du championnat (2003 et 2005). Les très bons joueurs du pays évoluent alors dans ce club : Radoslaw Sobolewski, Andrzej Niedzelan, Sebastian Mila, Adrian Sikora… En 2003-2004, le club s’offre même une belle épopée en Coupe UEFA en éliminant tour à tour le Hertha Berlin puis Manchester City avant de s’incliner en 1/16ème de finale face aux Girondins de Bordeaux (0-1 et 1-4).

En juillet 2008, le président du club historique KSP Polonia Varsovie, Józef Wojciechowski devient actionnaire majoritaire de la société Groclin-Dyskobolia SSA et acquiert surtout le droit de demander une licence pour que le Polonia qui s’enfonçait dans la deuxième division nationale et joue en Ekstraklasa à la place du club de Groclin. Le 22 juillet 2008, la fédé’ polonaise PZPN a accepté la transaction et la demande de transfert du club Dyskobolia Groclin Grodzisk SSA à Varsovie (soit un déplacement de près de 350 kilomètres à l’est) ainsi que le changement de nom du club en KSP Polonia Warszawa SSA. Tous les joueurs du Dyskobolii Groclin Grodzisk deviennent alors automatiquement joueurs du Polonia. Le Groclin Grodzisk repartait alors en IV Liga (équivalent alors du C.F.A français actuel) et le Polonia retrouvait l’élite (tout en ayant terminé à la 7ème place du championnat de D2 l’année précédente, d’où l’intérêt et le charme des fusions…)

L’été dernier, Wojciechowski a vendu ses actions, le businessmen Ireneusz Krol a tenté, au cours d’un feuilleton à rebondissements multiples et quotidiens de les acheter et faire accéder le GKS Katowice dans l’élite à la place du Polonia. Finalement, l’affaire ne s’est pas réalisée et vu le flou entourant le Polonia, la fédé’ polonaise n’a pas accordé une licence afin que le club joue en Ekstraklasa la saison 2013/2014. Le GKS reste en deuxième division et lutte pour la montée tandis que le Polonia est retombé dans les bas-fonds du foot polonais (et c’est dire s’ils sont profonds…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s