Fucking racisme ou l’Euro des cons…

Le mieux lorsque l’on est malade, c’est de connaître sa maladie afin de pouvoir l’appréhender, la soigner, la combattre et la vaincre. Les stades Polonais sont malades du racisme. Bien entendu, il convient d’emblée de nuancer : ce n’est pas généralisé.

Fin août 2011, lors du match Śląsk Wrocław – Widzew Łódź, insultes antisémites et cris de singes à l’attention d’Ugochukwu Ukah et de Princewill Okachi. Le même mois, à Gdansk, les « supporters » du Lechia Gdansk scandaient des « Heil Hitler ». Lors du match Sokół Sokółka – Wigry Suwałki, le joueur brésilien Willer Souza Oliveira a aussi droit aux cris de singes et lancer de bananes. Des faits comme ceux-là, l’association Plus jamais ça (http://www.nigdywiecej.org) en recense des dizaines et des dizaines par an.

Dernierement, un journaliste présent au match Lechia Gdansk-Slask Wroclaw m’a fait savoir qu’il était étonné par les cris de singe envers le Burkinabé du Lechia… par les supporters du Lechia.

Concernant l’Euro en Pologne, l’UEFA aurait dû se pencher et traiter ce problème dès la décision d’attribuer l’organisation de l’Euro à la Pologne. Le documentaire de la BBC non nuancé et en proie au sensationnalisme « Stadium of hate » diffusé le 31 mai dernier a mis un peu d’huile sur lefeu concernant cette question vive. Michal Zachodny (étudiant en journalisme) expliquait à propos de ce reportage que «Effectivement, le racisme et l’antisémitisme sont parfois visibles dans les gradins des stades polonais. Si quelqu’un cherche la xénophobie chez les supporters polonais, il n’aura pas de mal à la trouver » (The Independant) Mais « si l’on en croit le reportage, le racisme, le nazisme et l’antisémitisme sont partout. Heureusement, le football polonais est beaucoup plus positif que ce qu’on pourrait croire dans l’image qu’a créé la BBC ». Il n’empêche que cette question de fond aurait mérité un traitement autre que de simples enceintes modernisées et sécurisées et des renforts policiers. On a beau dire que c’est une minorité, une poignée de personnes, c’est une poignée de trop. Et s’ils ne sont pas nombreux, autant les chasser tout de suite avant qu’ils ne soient plus nombreux.

Car en plus du racisme, les stades Polonais sont confrontés à un autre problème : le déni de racisme. On tente de se convaincre que ce ne sont qu’une minorité trop visible, qu’il n’y a pas de problème , que tout va bien etc etc… Pour lutter contre une maladie (pour reprendre la métaphore de la maladie), il faut aussi l’accepter, accepter son existence. Ne pas nier. Alors même si c’est une minorité, il ne faudra pas la nier, signifier son existence pour lutter contre. Le déni frappe le sélectionneur Ukrainien Blokhine qui explique qu’il « n’y a pas de racisme en Ukraine » quant au Premier ministre polonais Tusk, il a le mérite de reconnaitre (c’est un début): « Soyons francs, des attitudes racistes ou antisémites parmi les hooligans polonais sont un fait ». Mais ne veut pas que la Pologne soit seule stigmatisée (et les évènements avec Russes et Croates lui donnent raison) : « je proteste fermement quand on stigmatise la Pologne comme un pays où ces phénomènes négatifs iraient en s’amplifiant ».

Il existe tout simplement une réalité qui se situe entre le reportage de la BBC et le déni. Ce qui se passe dans les stades polonais est dommageable, d’autant plus que, de façon paradoxale, la société Polonaise semble pleinement intégrer des migrants ou enfants de migrants dans la vie publique. On peut penser ici aux actrices Patrizia Kazadi et Aleksandra Szwed, à la présentatrice vedette de la météo Omenaa Mensah ou au député John Abraham Godson. La Pologne longtemps pays d’émigration devient pays d’immigration et la société polonaise semble prendre pleinement toute la mesure de ce défi.

En la matière, l’UEFA se contente (pour l’instant) de faire de la communication « Unite against racism ». De la comm’ et rien d’autre que de la comm’. Bien sur, ces dernières semaines, les supporters Polonais ne sont pas seuls, la compétition est comme la connerie c’est à dire internationale et les « supporters » Russes, Croates ou Espagnols ne sont pas en reste. Les Croates lancent des cris de singes à Balotelli et les Russes tabassent des stadiers Polonais. Accessoirement, l’UEFA brasse de l’air, crie à la « tolérance zéro » en matière de hooliganisme et de racisme et menace, entre autre les Russes de perdre six points dans la campagne de qualif’ pour l’Euro 2016 ou de « sanctionner lourdement les Croates » Wait and see…

Par contre, aucune menace sur l’organisation russe de la Coupe du monde 2018. Pour ceux qui en doutait encore,la FIFA comme l’UEFA vont là où leurs intérêts les mènent. Décider de donner l’organisation des Coupes du monde 2018 et 2022 respectivement à la Russie et au Qatar, deux grands pays démocratiques en est la preuve. L’Euro en Pologne et Ukraine (tout comme la « réforme » des tours préliminaires de la Ligue des champions), c’est juste le cadeau de Platini aux pays qui ont facilité son accès à la tête de l’UEFA. On squatte un pays le temps de jouer à la baballe pendant un mois et après basta ! Pendant ce mois, évitez SVP que tous vos petits problèmes sociétaux viennent déranger notre compétition. Faites alors ce qu’ils convient de faire, à grand coup de renforts policiers s’il le faut. Accessoirement, rien à battre de la culture du pays. Ce qui intéresse c’est les infrastructures et seulement les infrastructures (stades, complexes hôteliers, autoroutes, aéroports). Le foot professionnel par le biais des ligues, fédérations, UEFA, FIFA … obéit de plus en plus à la logique ultralibérale et les grandes compétitions internationales se réduisent de plus en plus à une banale affaire de fric, de moins en moins d’éthique, de moins en moins de déontologie,de moins en moins d’Humain… Tant que parle l’économie…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star